C’est quoi exactement le syndrome rotulien (appelé aussi syndrome fémoro-patellaire) ?

Résumé :

Pour tout comprendre sur le syndrome rotulien :

Savoir de quoi on parle et comprendre (vraiment) pourquoi c’est difficile à soigner.

 

Vous avez pu comprendre le fonctionnement du genou sur la page L’articulation du genou.
Et vous avez pu vérifier si vos douleurs aux genoux venaient d’un syndrome rotulien ou non dans l’article : Avez-vous un syndrome rotulien- les symptômes ?

Nous allons maintenant vous expliquer plus en détails en quoi consiste un syndrome rotulien.

Différences entre un genou normal et un syndrome fémoro-patellaire

Qu’est-ce que le syndrome rotulien ?

Le syndrome rotulien englobe toutes les pathologies de la rotule et de ses attaches.

Les douleurs sont dues à une inflammation de la rotule à cause d’un problème articulaire. La rotule a un fonctionnement anormal, elle ne glisse pas bien dans dans son “rail”, ce qui crée des frottements et donc des douleurs.

La rotule est en hyper-pression (elle est trop plaquée contre l’os du fémur ) et elle a un glissement latéral anormal (elle a tendance à partir sur le coté externe du genou) lors de la flexion du genou. Résultat : lors de mouvements répétés du genou ou suite à une position assise prolongée, la rotule frotte contre le fémur et ça fait mal  !

Contraintes sur la rotule-patella

 

Cela peut créer une lésion des cartilages mais pas forcément. Certains patients présentent une arthrose avancée et ne ressentent aucune douleur tandis que certains patients ont un cartilage en bon état mais un syndrome rotulien (douleurs à la rotule) important.

Ce mauvais fonctionnement de la rotule entraîne souvent, en plus du syndrome rotulien, des tendinites des tendons stabilisateurs de la rotule comme une tendinite rotulienne par exemple.

Ces tendinites sont une conséquence du syndrome rotulien mais n’entrent pas directement dans le cadre ce celui-ci.

La rotule, cet os si particulier :

La rotule est un os qui flotte et qui s’insère pour des raisons mécaniques à l’intérieur du tendon du quadriceps (le muscle de l’avant de la cuisse). Les os sont rarement insérés à l’intérieur d’un tendon, la rotule est donc un os singulier. Cela lui permet de décupler la force du quadriceps, un des muscles les plus puissants du corps humain. La rotule est comme une petite poulie !

La rotule est recouverte de cartilage et elle est en contact avec le genou. Ce cartilage peut s’user en cas de frottements et provoquer des douleurs.

Ce sont ces frottements du cartilage qui provoque le fameux syndrome fémoro-patellaire ou syndrome rotulien.

La rotule, un os particulier

Les causes du syndrome rotulien :

Les causes du syndrome rotulien peuvent être multiples et elles sont différentes d’une personne à l’autre.

C’est souvent une combinaison de plusieurs facteurs qui font que la rotule subit des frottements. C’est pour cela que trouver la ou les causes profondes du syndrome rotulien est complexe.

Et parfois, les médecins ne savent même pas pourquoi une personne va avoir un syndrome rotulien. La recherche a encore des progrès à faire sur ce thème !

Exemple de dérobement de la rotule (subluxation) :

Subluxation et luxation complète de la rotule lorsqu'elle sort de sa trochlée.

Les causes principales :

  • Une morphologie qui favorise le syndrome rotulien (facteur biomécanique).
  • Des facteurs aggravants qui accentuent un mauvais alignement entre la hanche, le genou et le pied. Le problème peut se situer plutôt au niveau de la hanche, du genou, ou du pied ou sur plusieurs articulations en même temps.
  • Un manque de souplesse ou de musculature des membres inférieurs (muscle du quadriceps, adducteurs, fessiers, ischio jambiers, mollets…). Bon, finalement les dernières études scientifiques montrent que la faiblesse de certains muscles chez les personnes ayant un syndrome rotulien n’est pas la cause de celui-ci mais plutôt sa conséquence. Le débat sur ce point ne semble pas encore tranché.
  • Une augmentation soudaine de l’activité physique avec des mouvements répétés du genou.
  • Une mauvaise gestion des douleurs.
  • Une ancienne blessure (ex : entorse à la cheville, choc sur la rotule…).

Il est bien sûr possible de cumuler plusieurs facteurs : dysplasie, manque de musculature, décalage des hanche et vieille blessure par exemple !

Comprendre les causes de votre syndrome rotulien est la première étape pour mettre en place des solutions adaptées pour soulager la douleur et aller mieux à long terme. Les causes sont donc détaillées dans un article à part : Les causes du syndrome rotulien.

Causes secondaires :

Il existe aussi des facteurs pouvant aggraver un syndrome rotulien. Vous pouvez les découvrir plus en détail dans la section facteurs aggravants.

Quoi faire en en cas de syndrome rotulien ?

Les personnes ayant un syndrome rotulien font de nombreuses rechutes lors de changements de rythme ou d’activités par exemple. Il faut donc traiter ce problème en profondeur.

  • Il faut identifier et éliminer les activités qui provoquent la douleur au genou dans un premier temps.
  • Consulter le plus rapidement possible car c’est un problème qui s’installe graduellement. Il n’y a souvent pas d’élément déclencheur précis et la douleur est supportable. On a donc tendance à ne pas consulter et à laisser traîner un genou douloureux. Or c’est dommage. En effet, ce problème peut perdurer pendant des années alors qu’il existe des solutions pour aller mieux. De plus, plus vous soignez rapidement un syndrome rotulien et plus c’est facile car l’inflammation a moins le temps de s’installer.
  • Augmenter la musculature, la proprioception et la souplesse par des exercices spécifiques afin de stabiliser la rotule. Pour plus de détails, lire Pourquoi se muscler et s’étirer et s’étirer ?
  • Apprendre à gérer les efforts au niveau des genoux et à s’adapter en fonction de la douleur (quantification du stress mécanique).
  • Mettre en place des actions ciblées en fonction des origines du problème voir section Traiter les causes.

Pourquoi est-ce si difficile de résoudre un syndrome rotulien ?

Comme vous avez pu le voir, un syndrome rotulien peut avoir plusieurs origines.

Les causes des douleurs pouvant aussi être multiples, si vous n’agissez que sur une seule des causes, le problème a de forte chance de revenir.

De plus, les personnes ayant un syndrome rotulien entrent souvent dans un cercle vicieux :

L’objectif est donc de sortir de ce cercle en rétablissant un bon équilibre musculaire (voir Comment se muscler) et en s’attaquant aux origines du problème.

La pratique régulière d’étirements et de renforcement musculaire en plus des séances de kiné aide à diminuer le retour de la douleur aux genoux. Au contraire, l’immobilisation prolongée aggrave les symptômes.

Je constate aussi que le manque de confiance dans ses genoux et le fait de ne pas savoir gérer la douleur (Quand faut-il s’arrêter ou adapter ce que je fais et quand je peux persévérer ?) maintient dans ce cercle vicieux.

Les personnes ayant un syndrome rotulien ont plus de risques de développer de l’arthrose du genou (gonarthrose).

Pour aller plus loin, on vous conseille :

Découvrez le pack liberté : pour des genoux solides et sans douleur !

Bougez librement !