Comment traiter sa chondropathie ?

Sommaire :

Résumé :

Comment traiter sa chondropathie ?

Avez-vous un syndrome rotulien ?

Vous souffrez de douleurs aux genoux ?


Votre cher docteur vient de vous annoncer, dépité, que vous souffriez de
chondropathie, une pathologie qui vous était jusqu’alors parfaitement inconnue ?


Patellaire, fémoro-tibiale, rotulienne… Vous saurez bientôt tout de cette usure du cartilage du genou, de ses symptômes, à ses causes en passant bien entendu par son traitement.
Voici les étapes nécessaires pour traiter sa chondropathie.

Comment traiter la chondropathie
Joint pain, Arthritis and tendon problems. a man touching nee at pain point

Comprendre la chondropathie

Le cartilage, base de cette pathologie

La chondropathie, du grec khondros (cartilage) et pathos (souffrance), est une usure du cartilage du genou.

Le cartilage est un tissu placé aux extrémités des os qui amortit les chocs liés aux mouvements.
C’est un élément essentiel de l’articulation qui se doit de résister à des tensions extrêmement fortes.

La chondropathie use et ramollit ce tissu.
Fragilisé, il ne protège plus que partiellement vos os, qui se frottent alors entre eux au moindre mouvement, engendrant une gonalgie -douleur au genou -. 

10 millions de Français sont concernés par cette pathologie, qui, selon l’INSERM toucherait 3 % des moins de 45 ans, 65 % des plus de 65 ans et 80 % des plus de 80 ans

La différence entre chondropathie et arthrose

La chondropathie est souvent confondue avec la gonarthrose (arthrose du genou).
Pourtant, ce n’est pas exactement la même chose.
Notre pathologie est une usure du cartilage tandis que l’arthrose désigne une maladie dégénérative chronique qui s’étend à l’ensemble de l’articulation (os, tendons, ligaments…).
Pour simplifier, on dit souvent que la gonarthrose représente le stade avancé de la maladie, la chondropathie étant son commencement.

Une chondropathie ne signifie pas forcément que vous aurez de l’arthrose, même si c’est malheureusement souvent le cas.
D’où l’intérêt d’être pris en charge très tôt pour soigner correctement les douleurs.

Les chondropathies : un mot, plusieurs maux

La chondropathie est un terme générique : il n’en existe donc non pas une, mais plusieurs.
Pour les différencier, on précise l’emplacement de la douleur.

L’articulation du genou qui relie la cuisse à la jambe est constituée de trois os : le fémur, le tibia et la patella, aussi appelée rotule.
Chacun de ces os peut être le siège d’une chondropathie. 

On parle de syndrome ou de chondropathie rotulienne (rotule ou patella), fémoro-patellaire (fémur + patella) et fémoro-tibiale (fémur + tibia).

Les 3 principaux os du genou

Les 3 os principaux du genou : le fémur, la patella et le tibia

Identifier ses douleurs et connaître sa pathologie

Les symptômes : base de la souffrance

Il se peut que vous n’ayez pas tous les symptômes (tant mieux !). La chondropathie se manifeste progressivement. Le premier désagrément est bien entendu une forte douleur à l’avant du genou.
Dans un premier temps, elle peut se manifester dans des situations précises telles que l’ accroupissement ou les montées/descentes d’escalier avant de s’installer au moindre mouvement et s’atténuer au repos. On parle alors de douleur mécanique. 

Cette douleur peut s’accompagner de :

  1. Raideurs articulaires
  2. Craquements
  3. Sensations de dérobement, “genou qui lâche »
  4. Gonflements
  5. Sensations de frottement, gêne
  6. Réduction de la mobilité voir incapacité à effectuer certains mouvements
  7. Sensations de brûlure interne
  8. Chaleur dans le genou

Les causes de cette usure du cartilage

La chondropathie ne dépend pas d’un seul paramètre : c’est la conséquence de plusieurs facteurs. 

Il peut s’agir de :

  1. Surpoids
  2. Sur-sollicitation des articulations (grands sportifs, certains métiers)
  3. Traumatisme ou mini traumatismes à répétitions
  4. Mauvais alignement
  5. Dysfonctionnement musculaire
  6. Entorses mal soignées et autres blessures
  7. Sédentarité
  8. Mauvaise alimentation
  9. Mauvaise pratique de certains sports
  10. Vieillissement
  11. Déviation de l’axe de la jambe (genu varum ou valgum)
  12. Maladies s’attaquant aux articulations (polyarthrite rhumatoïde…)
  13. Terrain génétique favorable

Identifier l’origine du problème est important pour pouvoir le régler.

L’ évolution et les différents stades

En début de pathologie, la chondropathie est peu ou pas douloureuse, c’est donc très dur de l’identifier à temps. On parle de maladie asymptomatique.
Il est possible qu’elle mette plus d’un an à se déclarer. La douleur apparaît lorsque le cartilage est déjà endommagé. 

L’ICRS (International Cartilage Repair Society) a identifié 4 stades pour mesurer l’évolution de la pathologie. Les voici : 

  1. Modification du cartilage sans lésion articulaire
  2. Irrégularité de surface du cartilage ne dépassant pas les 50 %
  3. Érosions profondes  de plus de 50 % du cartilage 
  4. Mise à nue de l’os

Lorsque l’os commence à être mis à nu, on parle d’arthrose. Celle-ci se manifeste 90 % du temps suite à une chondropathie. 

Passer à l’action et se soigner

Les différents traitements

Il n’existe pas de remèdes miracle pour guérir la chondropathie.
Les traitements actuels ne sont que symptomatiques : ils soulagent la douleur, mais n’arrêtent pas la progression. 

Voici une petite liste des principaux traitements :

  1. Une activité physique régulière avec notamment des exercices de renforcement musculaire
  2. La méthode McConnel du “taping”, maintenant pratiquée avec un tape (bandage adhésif thérapeutique) élastique dit neuro-proprioceptif
  3. Anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) par voie orale
  4. Chondroprotecteurs = glucosamine / chondroïtine par voie orale
  5. Injections dans l’articulation (PRP, acide hyaluronique ou corticoïdes)
  6. La kinésithérapie
  7. L’homéopathie
  8. Genouillère
  9. Semelles
  10. Rouleaux de massage
  11. Orthèses plantaires (réduit douleur court-terme)
  12. Alimentation (oligo-éléments : iode, fer, zinc, fruits de mer…)
  13. Chirurgie (dernier recours)

On vous conseille de combiner plusieurs méthodes pour avoir le plus de résultats possibles.
Certaines soulagent la douleur à court terme tandis que d’autres agissent à plus long terme.
N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé qui pourra vous conseiller et vous prescrire un traitement adapté.
L’activité physique avec certains exercices spécifiques est également un facteur clé de guérison. 

La méthode McConnell du "taping" est un des traitements les plus adaptés pour soigner la chondropathie du genou.

Méthode McConnell du “taping” contre la chondropathie

Les sports adaptés à sa chondropathie

Lorsqu’on souffre, il est tentant de réduire les mouvements au maximum. Ne vous a-t-on jamais dit, l’air moqueur, qu’arrêter de marcher résoudrait le problème ?
Et pourtant, nos articulations sont faites pour fonctionner, l’immobilité use plus que l’activité. Mieux vaut donc continuer de solliciter vos genoux tout en vous écoutant.

Le problème n’est pas de faire du sport, mais de le faire correctement. Pratiquez régulièrement plutôt qu’intensément, et apprenez à vous écouter et à adapter vos séances. Il existe des sports et exercices spécifiques pour préserver vos genoux, nous allons les voir juste après, mais d’autres sports souvent jugés plus traumatisants pour vos genoux tel que la course à pied sont également possibles. Aucun sport n’est mauvais s’il est pratiqué correctement et adapté aux besoins de la personne.

Pratiquer la course à pied avec des douleurs aux genoux est une pratique souvent décriée. Mais si vous y tenez vraiment, c’est possible : il faut surtout s’écouter, pratiquer correctement avec des distances et des chaussures adaptées, des foulées légères et apprendre à vous arrêter lorsque nécessaire.

L'activité physique en cas de chondropathie du genou

Voici donc une petite liste de sports recommandés en cas de chondropathie :

  1. la natation et le cyclisme : pour pratiquer tout en déchargeant les genoux du poids du corps
  2. la marche 
  3. le stretching / yoga/ tai chi : pour réduire les raideurs articulaires 
  4. exercices d’étirements et de renforcements musculaires : muscles fessiers, quadriceps… 
  5. le gainage : pour rétablir l’équilibre musculaire

Si vous êtes suivi par un kinésithérapeute, vous aurez sûrement des exemples et conseils d’exercices à pratiquer. Si vous vous demandez comment vous muscler pour soigner vos douleurs aux genoux, vous pouvez lire notre article sur le sujet ou faire un petit tour sur notre chaîne Youtube où vous trouverez plein d’exercices pratiques. N’hésitez pas à tester, l’important étant de s’écouter sans aller dans les extrêmes.

La régénération du cartilage

La régénération du cartilage est un sujet très controversé : les études elles-mêmes se contredisent.
C’est un vrai défi pour les chercheurs que de répondre à cette problématique, qui concerne tout de même 17 % des Français et tant d’autres dans le monde.
Certains affirment que le cartilage ne peut pas s’auto régénérer.

Nous nous sommes appuyés sur plusieurs études dont celle de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) qui démontrent que, bien que le processus soit beaucoup plus long et difficile que pour nos os, notre cartilage peut lentement se régénérer et cicatriser.

Cependant, il est vrai que notre “capital cartilagineux “ est très fragile et qu’il vaut mieux donc le préserver au maximum, sa régénération étant très longue et compliquée. Il existe tout de même des chondroprotecteurs (protecteurs du cartilage) qui, bien qu’incapables de réparer ce qui est déjà détruit, permettent de nourrir et protéger ce qui est encore sain afin de limiter les dégâts.
Mais ne désespérons pas, la science trouvera sûrement une réponse au problème !
En attendant, prenez soin de votre cartilage, bougez ! 

À RETENIR

La chondropathie, c’est…

  • une usure du cartilage du genou
  • arthrose = stade plus avancé, vous n’en aurez pas obligatoirement
  • 3 chondropathies : rotulienne | fémoro-patellaire | fémoro-tibiale
  • asymptomatique puis douleurs à l’avant du genou
  • Souvent plusieurs causes 
  • 4 stades différents
  • Traitements à cumuler
  • Continuer à bouger et pratiquer des sports adaptés
  • un domaine encore assez flou, des avancées devraient se faire dans les prochaines années

Le traitement de la chondropathie passe donc par la compréhension de la pathologie, l’identification des sources du problème et la mise en place d’actions pour se soigner.  Le processus de guérison est long et la médecine pas encore tout à fait au point mais vous avez maintenant toutes les cartes en main pour contrer vos douleurs.

Dans toutes les maladies et épreuves en général, la volonté est une clé essentielle du rétablissement. Restez donc bienveillant et positif, prenez soin de vos genoux et soyez indulgent avec vous-même.


Bon rétablissement !

Pour aller plus loin, vous pouvez également lire notre article qui explique comment courir sans se faire mal au genou. 

Et si vous avez besoin d’un coup de pouce pour mieux comprendre ce qui se passe et quoi faire pour soigner cette chondropathie, on peut prendre 15 min pour en discuter ensemble.

Article rédigé par Karenna McDonald

Découvrez Genoux 360°:
Une méthode pour des genoux solides et sans douleur !
Bougez librement !