Comprendre l’inflammation aux genoux

Sommaire :

Comprendre l'inflammation aux genoux

Aiguë, Chronique, froide… Autant de termes qui cachent pourtant un même phénomène : l’inflammation, également appelée réaction inflammatoire. Le genou est une articulation touchée par cette réponse du système immunitaire face à une agression externe. Nous allons voir ensemble qu’est-ce qu’une inflammation des genoux, ses symptômes, ses causes et comment réduire la douleur aux genoux et traiter les causes en profondeur. e

Qu’est-ce qu’une inflammation aux genoux ?

L’inflammation du genou désigne le cercle complet des évènements depuis le déclenchement d’une réponse jusqu’à la restauration de l’apparence et la fonction normale des tissus/organes. C’est donc un processus naturel de reconstruction et guérison du corps, une réaction du système immunitaire face à une agression externe tel qu’un traumatisme, une infection, brûlure ou allergie. L’inflammation est donc, à la base, un mécanisme de défense et de réparation des tissus cellulaires endommagés. 

Il existe différents types d’inflammation : 

  • Suraiguë : l’inflammation de danger. Violent, brutal, il survient après un traumatisme.
  • Aiguë : l’inflammation de défense. C’est une réaction ponctuelle et bénéfique à l’organisme qui disparaît en moins de 3 mois sans laisser de traces. 
  • Chronique : cette inflammation perdure de façon anormale et est néfaste pour l’organisme. La pression quotidienne crée des dégâts fonctionnels.
  • Froide : asymptomatique et silencieuse. Elle s’installe sans qu’on s’en rende compte et altère petit à petit nos tissus et cellules. C’est souvent le cas de l’inflammation des articulations telles que le genou.
  • Les genoux pseudos-inflammatoires : Ils présentent tous les signes cliniques de l’inflammation, mais la vitesse de sédimentation est normale alors qu’elle augmente en cas d’inflammation, et la ponction articulaire ramène un liquide synovial sain. 

Voici quelques exemples d’inflammations des genoux :

  • la bursite
  • la tendinite (qui est une inflammation du tendon, à ne pas confondre avec la tendinopathie, une lésion du tendon sans inflammation). Une tendance aux tendinopathies à répétition est souvent le signe d’un terrain inflammatoire global.
  • L’arthrose du genou (qui possède des phases inflammatoires, qui alternent avec des phases non inflammatoires);
  • les poussées congestives de gonarthrose
  • l’hydarthrose essentielle (un syndrome d’épanchement articulaire qui peut être inflammatoire par périodicité)
  • l’algodystrophie sympathique
  • le syndrome de l’essuie-glace (qui est une inflammation de la bandelette ilio-tibiale et donc une forme d’inflammation du genou)
  • les maladies inflammatoires telles que la goutte, l’arthrite infectieuse, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter, etc.

Comment reconnaître une inflammation aux genoux ?

Il existe 5 symptômes typiques de l’inflammation du genou : la rougeur, le gonflement (apparition d’un œdème), la chaleur, la douleur et la perte de fonction. La douleur augmente la nuit et s’accompagne généralement de raideurs matinales. 

Une prise de sang peut également aider à reconnaître une inflammation du genou avec notamment une augmentation de la quantité de globules blancs ainsi qu’une augmentation de la vitesse de sédimentation (VS) et de la CRP (C réactive protéine).

Les causes sont multifactorielles : maladies auto-immunes inflammatoires (polyarthrite, spondylarthrite, lupus…), lésions chimique ou physique, traumatismes, infections, obésité, stress, fatigue, mauvaise hygiène de vie ou équilibre acido-basique par exemple. 

L’inflammation chronique est une réponse immunitaire non-adaptée qui peut être causée par une inflammation aiguë non traitée, une maladie auto-immune (le système immunitaire attaque alors par erreur des tissus sains), la génétique, une exposition à long terme à des substances chimiques (air pollué, fumée de cigarette…), l’alcool, l’obésité, la sédentarité ou encore le stress chronique. 

 

L’inflammation se déroule en 3 étapes-clés : 

  • la détection du problème et l’identification des intrus et tissus endommagés.
  • l’élimination qui constitue la réaction du corps pour se débarrasser des intrus ou les isoler pour les rendre inoffensifs.
  • la phase de réparation des tissus abîmés.

Comment soigner une inflammation du genou naturellement ?

Avec l’inflammation du genou, le but n’est pas d’utiliser des anti-inflammatoires qui stopperaient le processus inflammatoire et masqueraient les symptômes, mais au contraire d’accélérer le processus et donc la disparition complète. 

Alors comment réduire l’inflammation du genou ?

Avant, on disait de mettre de la glace, méthode désormais décriée, car cela ralentit la circulation sanguine. Il est donc conseillé d’appliquer du froid dans les 48 à 72h après un traumatisme, pour limiter le gonflement, puis appliquer du chaud ou alterner chaud-froid uniquement si la douleur n’augmente pas. 

Attention, cet article ne se substitue pas à un avis médical, il est important de poser un diagnostic et de suivre un traitement adapté.

Voici ce qui pourrait aider à soigner, voir à réduire la douleur :

  • les contentions pour diminuer le gonflement (à faire poser par un professionnel : un kiné par exemple)
  • la thérapie anti-TNF : ponctions ou injections de cortisone, corticostéroïdes ou acide hyaluronique (attention : ponction = geste invasif avec risque (faible) d’infection et de complications possibles)
  • un cataplasme d’argile verte
  • l’application d’huiles essentielles
  • la vitamine D (vertus anti-inflammatoire)
  • une alimentation anti-inflammatoire et riche en oméga 3 *
  • un changement de mode de vie (perte de poids, diminution du stress…)
  • une activité physique régulière et modérée qui limite la production de cellules pro-inflammatoires (le but est bien entendu d’éviter les mouvements douloureux, tout en restant actif). 
  • Les anti-inflammatoires non-stéréoidiens (AINS) qui peuvent aider à soulager la douleur mais qui ne sont pas une réponse adaptée car ils n’agissent pas sur la cause et ne font que masquer les symptômes.

 

* L’alimentation joue un rôle essentiel dans l’inflammation, car elle peut réduire ou accentuer nos déséquilibres. Il existe des aliments pros ou anti-inflammatoires. Il est par exemple intéressant de manger des légumes verts (épinards, chou frisé), des baies (myrtilles, framboise, mûres, fraises), des noix (amandes, noix, noisettes), des graines (chia, lin, tournesol), des légumineuses (haricots, lentilles, pois-chiches), des poissons gras (saumon, sardine, maquereau) ou encore des épices telles que le curcuma, le gingembre ou la cannelle : des aliments aux propriétés anti-inflammatoires. Pour réguler l’inflammation, attention également au déficit en oméga 3 et vitamine D, ou encore au déséquilibre acido-basique.

Il est important de maîtriser l’inflammation chronique afin de limiter les dommages à long-terme

Il n’y a pas de solution type. L’important est d’adapter la réponse selon la cause. Par exemple, si la douleur est créée par un morceau de cartilage dans le genou, une opération pourrait être envisagée, si des frottements irritent l’articulation, on peut faire du renforcement. 

Pour guérir, il est important de se pencher sur la cause du problème, ici ce qui déclenche l’inflammation, et ne pas juste se contenter de réduire à court terme les symptômes

Si la cause du problème n’est pas résolue de manière durable, le problème reviendra. 

Il existe donc différents types d’inflammations du genou, les causes sont multifactorielles et les traitements doivent surtout s’adapter à la cause du problème. Il n’est donc pas toujours évident de soigner son inflammation au genou. Cet article peut aider à la compréhension de l’inflammation. Si vous souhaitez ensuite approfondir le sujet et vous entourer dans votre processus de guérison, je propose un défi anti-inflammation où vous pourrez par exemple découvrir une routine anti-inflammation. 

Plus d'articles