Blog

Témoignage de Brice : syndrome rotulien.

Par septembre 16th, 2019 Aucun commentaire
Brice a un syndrome rotulien depuis qu'il s'est mis à la course à pied

J’ai toujours fait beaucoup de sport quand j’étais jeune : du foot, du vélo, de la piscine..

A partir de 18 ans j’ai fait moins de sport car j’étais en classe préparatoire, je n’avais plus trop le temps…

Et je m’y suis remis après. J’ai fait de la course à pied. Au départ c’était pour perdre du poids, mais ensuite je me suis pris au jeu.

Courir me plaisait ! Je suis vite passé à 3 fois 10 km par semaine. J’ai même fait un super temps lors d’une course de 10 km ! Enfin, un bon temps pour moi…

Et c’est à cette période, suite à cette compétition, que j’ai eu les premières douleurs au genou. C’était il y a 5 ans environ.

Alors je ne sais pas d’où c’est venu exactement. Je m’étais lancé avec mes baskets de base et j’attaquais ma foulée par le talon. J’ai modifié ma foulée par rapport au foot. En sport-co, ce n’est pas pareil, tu ne fais pas attention à comment tu cours. Et puis ce n’est pas sur du béton.

Je suis un peu hypocondriaque. Je me suis dit que j’étais foutu, que je ne pourrai plus jamais courir.

Je suis allé voir une podologue qui m’a prescrit des semelles adaptées à mon profil supinateur. Mais elles me faisaient mal alors je ne les ai pas trop portées.

Au bout de 6 mois, j’ai consulté le médecin du sport qui m’avait vu pour une grosse entorse à la cheville, il y a 10 ans. Il m’a dit que je n’étais pas très supinateur et que les semelles ne servaient à rien dans mon cas.

J’ai investi dans des chaussures plus rigides depuis, de vraies chaussures pour la course à pied. J’ai recouru. Ça allait, mais dès que je dépassais les 4 ou 5 km, les douleurs au genou revenaient.

Je me suis dit : “Brice, tu arrives dans la trentaine, ça y est, tu es foutu !”.

Mon père a eu une opération des ménisques. Je pensais que c’était la même chose.

J’ai passé une IRM. Ils m’ont dit qu’il n’y avait rien. Juste que mes rotules étaient excentrées vers l’extérieur.

Mon médecin généraliste ne savait pas ce que j’avais non plus. J’ai fait beaucoup de recherches sur internet.

J’étais perplexe : il n’y avait rien à l’IRM, mais les douleurs étaient bien réelles. C’est bien que quelque chose n’allait pas !

Et c’est là, à force de chercher, que j’ai découvert que cela semblait être un syndrome rotulien.

J’ai lu qu’il fallait faire des étirements, mais je ne m’y suis pas mis sérieusement. J’en fait un peu depuis deux-trois mois, surtout les ischio jambiers. J’ai gagné en souplesse mais je ne vois pas trop de différences pour les genoux.

Je ne me suis pas trop occupé de mon genou ces dernières années. Je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai suivi une formation pour devenir personal trainer et j’ai créé ma propre activité : Fetafiness . Et comme je ne courais plus, cela ne me posais pas trop de soucis.

Juste une fois ! Je me souviens, j’ai couru pour attraper un métro, et là je me suis fait bien mal !

Mais là, j’ai envie de me remettre à la course à pied. Et puis je connais mieux le fonctionnement du corps grâce à ma formation. Je fais aussi un peu de fitness.

On ne peut pas aider les autres à prendre soin de leur santé et ne pas le faire pour soi !

Et puis comprendre l’importance des postures a changé ma manière de voir les choses.

J’ai aussi rencontré un gars qui a eu un syndrome rotulien et qui a réussi à le soigner. La preuve : il fait du triathlon !

Tous les matins, je pratique la méditation. Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas du tout me mettre en tailleur. Cela me tire super fort au niveau des quadriceps et dans les rotules. J’ai essayé de forcer, mais résultat, je me suis fait mal. Ça aussi, c’était un déclic : m’apercevoir que je ne pouvais pas me mettre en tailleur.

Je me remets à la course. Je vais me préparer un programme d’entraînement sur plusieurs mois. Je me suis inscrit à une course d’obstacle en septembre : la Spartan Race . Je pense faire le 13 km. C’est bien, ça me donne un objectif.

Les conseils d’Aline de Bouge tes genoux :

Brice semble bien avoir un syndrome rotulien mais l’idéal serait qu’il ait un avis médical pour en être sûr (médecin du sport, rhumatologue…).

Un syndrome rotulien vient principalement d’un mauvais alignement hanche-genou-pied. Brice peut avoir des rotules qui partent vers l’extérieur sans que cela lui ait posé problème pendant de nombreuses années.

C’est souvent une augmentation soudaine de l’activité physique qui déclenche des douleurs. Avec ses 3 entrainements de 10km par semaine et une compétition, cela a pu engendrer une inflammation de la rotule et donc un début de syndrome rotulien.

Cette fois, Brice doit reprendre la course à pied de manière très, très, progressive. Quitte à aller courir 6 fois par semaine sur du plat à allure très modérée et avec des séances de seulement 15 minutes au départ. Et surtout, il faut arrêter de courir dès que les douleurs arrivent. Au fur et à mesure, il pourra augmenter la durée des séances et diminuer leur nombre par semaine.

Le choix des chaussures est ici important.

Brice a aussi eu une grosse entorse de la cheville. Celle-ci n’a pas retrouvé toute sa mobilité. Bien soigner cette cheville en faisant quelques séances de kiné pourra peut être l’aider à avoir moins de douleurs au genou.

La position en tailleur est déconseillée quand on a un syndrome rotulien car la rotule se retrouve comprimée contre le fémur, ce qui relance les inflammations. Mieux vaut pour Brice qu’il trouve une autre position confortable pour lui lors de ses séances de méditation.

Vous avez envie d’avoir pleins de conseils, des défis, des débats autour du syndrome rotulien ? Vous rêvez de retrouver des genoux solides et sans douleur.

Rejoignez-nous dans le club des genoux fous !

Pour aller plus loin, on vous conseille :

Marianna : j'ai toujours eu mal aux genoux dans mes souvenirs.
Témoignage de Marianna et conseils d'Aline

Laisser un commentaire