Les facteurs aggravants des douleurs chroniques

Résumé :

Certains facteurs secondaires peuvent aggraver les douleurs chroniques au genou.

Découvrez les dans cet article afin de trouver d’autres pistes de solutions complémentaires pour retrouver des genoux sans douleur.

Des causes secondaires :

De nombreuses douleurs chroniques sont des inflammation à cause de frottements dus à des mauvais coulissements.

Nous avons vu que plusieurs causes peuvent expliquer cette inflammation et que certaines personnes en cumulent plusieurs.

En plus de ces causes primaires, d’autres facteurs peuvent venir aggraver des douleurs chroniques.

Un surpoids :

Les genoux d’une personne en surpoids doit supporter une pression plus importante. Les genoux sont soumis à une force représentant 3 à 6 fois le poids du corps lors de la marche.

Les personnes obèses ont 4 fois plus de risque de développer des douleurs chroniques au genou.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’une perte de poids même légère (4% à 5% du poids de corps) amène déjà une diminution des douleurs.

Le surpoids aggrave le syndrome rotulien

Une tendance aux inflammations :

L’inflammation est un mécanisme de défense naturel de l’organisme pour faire face à une agression.L’objectif est de détruire et d’éliminer toute agression extérieure (bactérie, virus, lésion, corps étrangers, blessure).

Les personnes ayant un syndrome rotulien, syndrome de l’essuie-glace… ont des douleurs à cause d’une inflammation. La rotule frotte contre le fémur (syndrome rotulien), ce qui abîme le cartilage, ou le tenseur du fascia-lata contre le condyle fémoral (syndrome de l’essuie-glace). Pour les tendinopathies, il y a une dégénérescence du tendon qui amène une réaction inflammatoire. L’arthrose est aussi une maladie inflammatoire.

Votre genou subit une menace et votre corps y répond par une inflammation.

Lors de celle-ci, des cellules immunitaires arrivent dans l‘articulation. Pour cela, les vaisseaux sanguins autour se dilatent et les cellules immunitaires vers le genou produisent des molécules selon la menace détectée. Cela crée des rougeurs, gonflements, douleurs et sensation de chaleur.

Certaines personnes sont plus sujettes que d’autres aux inflammations. Elles peuvent déclencher des symptômes disproportionnés (et donc des douleurs) par rapport à la menace pour l’organisme.

Cela peut venir de multiples facteurs dont certains ne sont pas encore bien compris de la science.
Ce peut-être dû à :

  • une mauvaise alimentation (les produits industriels, le sucre ou le lait sont connus pour favoriser les inflammations par exemple)
  • certaines maladies auto-immunes ou auto-inflammatoires comme par exemple le diabète de type I, la polyarthrite rhumatoïde…
  • le stress et le manque de sommeil
  • une mauvaise circulation énergétique…

Heureusement, des solutions existent pour diminuer certaines tendances à l’inflammation.

Vous les trouverez dans la section Je traite.

Certaines personnes sont plus sujettes aux inflammations, ce qui augmente les douleurs du syndrome rotulien

Certains sports ou activités :

Certains sports entraînent des mouvements répétitifs du genou ce qui augmente le risque de frottements et donc de douleurs.

Des activités comme la pose de carrelage ou le jardinage peuvent aussi compresser la rotule contre le fémur et créer des micro-lésions sur celle-ci lors du contact répété avec une surface dure.

C’est pour cette raison que les personnes pratiquant la course à pied, le cyclisme ou les carreleurs par exemple développent plus souvent que la moyenne un syndrome rotulien.

Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez plus pratiquer ces activités. Mais il faudra traiter vos douleurs au-niveau de ses origines et prendre quelques précautions.

Vous les retrouverez en détail dans la section Prévenir.

Le cyclisme fait partie des activités à risque avec un syndrome rotulien

Tendance psychosomatique :

Comme toute douleur, nos sensations peuvent être faussées (amplifiées ou diminuées) par notre mental. Ce phénomène est souvent inconscient et n’est pas toujours bien pris en considération par les professionnels de santé.

Une période difficile, une inquiétude importante, un stress… peuvent augmenter la sensation de douleur sans raison physiologique.

Par exemple, en préparant le contenu de ce site, mes douleurs aux genoux sont subitement réapparues ! J’ai observé que cela arrivait surtout les jours où je travaillais sur des schémas du genou montrant l’écrasement de la rotule contre le fémur. Ce n’étaient pas des douleurs importantes, plutôt des sensations désagréables aux genoux. Je ne pensais pourtant pas être spécialement sensible au coté psychologique du ressenti de la douleur. Pourtant, je sais que personne n’est épargné et il est toujours difficile de quantifier le coté physique et le coté psychologique de la douleur.

La douleur psychosomatique est importante à prendre en compte et ceci avec autant d’intérêt et de sérieux que les douleurs physiologiques.

Dans la section Traiter, des pistes de solutions sont proposées. 

Le mental aussi joue sur les sensations de douleur du syndrome rotulien

Pour aller plus loin, on vous conseille :

Découvrez le pack liberté : pour des genoux solides et sans douleur !

Bougez librement !