Méthodes naturelles

La sophrologie pour gérer les douleurs aux genoux.

La sophrologie pour gérer les douleurs aux genoux

La sophrologie est un outil pour gérer vos douleurs chroniques aux genoux.

De nombreuses personnes que j’accompagne avec Genoux 360° ont des problèmes de stress et de gestion de la douleur. 

Je me trouve souvent démunie car cela dépasse mes compétences de coach sportif. Or je suis persuadée que s’intéresser à ces questions, en plus du renforcement musculaire, est essentiel pour retrouver des genoux solides. 

C’est comme ça que je me suis rapprochée de Stéphanie, sophrologue.

Elle a accepté de participer à la série Youtube Bouge tes genoux : Prenez soin de vos genoux à la maison.

Dans cet interview, elle nous raconte sa découverte de la sophrologie et comment cela peut vous aider à retrouver des genoux sans douleur.

Qu’est-ce qui t’a amené des ressources humaines à l’hypnose puis à la sophrologie ?

La sophrologie pour soulager

Stéphanie : 

Il y a 6 ans, j’ai dû faire face à plusieurs deuils.

Je travaillais dans les ressources humaines à l’INRA, en Bretagne. J’ai fait un très gros burn out, à la fois personnel et professionnel. 

Impossible de retourner au travail. Il a fallu que je trouve quelque-chose pour m’occuper de moi et pour aller mieux.

Je me suis d’abord tournée vers des séances individuelles avec des psychologues. Mais cela ne correspondait pas à ce qu’il me fallait. 

Ce qui m’a le plus aidé, ce sont des séances de groupe avec une psychologue. 

Puis l’hypnose qui a eu un réel effet sur moi. 

La gestion du stress au travail et dans mon quotidien, m’était impossible ! Dès qu’il y avait un grain de sable dans la machine, je perdais tous mes moyens.  Je me retrouvais angoissée ou paniquée pour un rien. 

Par exemple, si je n’arrivais pas à me garer, je pouvais être complètement paralysée dans ma voiture !

Il a fallu que je trouve quelque chose pour aller mieux.
Ce fut l’hypnose.
Et comme je ne pouvais plus retourner travailler, j’ai décidé de me lancer dans cette voie professionnelle.

J’ai ensuite déménagé sur Gap où je ne connaissais personne.  J’ai ouvert un cabinet d’hypnothérapie et je me suis formée en coaching de vie.

Comment es-tu passé de l’hypnothérapie à la sophrologie ?

Stéphanie :

Je me rendais compte qu’il me manquait quelque-chose dans ma pratique. 

Les clients voyaient l’hypnose comme une baguette magique et ils se laissaient porter sans rien faire de plus. 

J’ai beaucoup travaillé sur les addictions comme le tabac par exemple.
Les personnes avaient de bons résultats dès la première séance. Mais souvent, ils ne revenaient pas comme je le leur conseillais.
Résultat, leur addiction revenait.

Quand on fait un travail sur soi, on ne peut pas juste prendre un outil.
C’est à la personne aussi d’apprendre à s’en servir, de s’entraîner…

Pour moi l’hypnose fonctionne  très bien dans les situations d’urgence, les traumatismes, les angoisses, les deuils… et je continue d’ailleurs a l’utiliser.

Mais cette discipline manque d’exercices à faire au quotidien, entre les séances. 

C’est comme ça que je me suis tournée vers la sophrologie.
C’est une discipline qui me convient parfaitement. Les personnes assidues et qui font des exercices entre les séances ont des résultats bien meilleurs et plus rapides !

En quoi la sophrologie peut aider à soulager les douleurs aux genoux ?

En quoi la sophrologie peut aider à soulager les douleurs aux genoux ?

Stéphanie : 

Il y a 15 ans, j’ai développé une maladie, la fibromyalgie.
J’avais des douleurs tout le temps et je prenais beaucoup de médicaments, des molécules chimiques. 

Le centre de la gestion de la douleur de Rennes m’a orientée vers l’hypnose pour gérer mes douleurs.
La personne qui me faisait les séances me donnait en plus des exercices à faire chez moi pour visualiser et gérer la douleur, en plus de l’hypnose en elle même. 

Ces exercices fonctionnent aussi en cas d’angoisse. Ou de douleurs aux genoux ! 

Par exemple, vous pouvez décrire votre douleur avec des mots, en imaginant à quoi elle ressemble.
Pour une personne, ce peut être l’image de recevoir des coups de couteau dans le genou.

L’objectif est d’amener à transformer cette douleur en jouant sur son image.

A la place d’un couteau,  on peut demander à la personne de s’imaginer que ce n’est pas un couteau mais une plume.
Et voir ce qu’elle ressent.

Il est possible dans cet exemple que la personne ressente toujours une douleur vive au centre du genou, mais qu’elle ait plus l’impression d’une caresse sur l’extérieur.
Ses ressentis évoluent…
Il faut alors continuer l’exercice jusqu’à diminution voire disparition de la douleur.

Dans un autre exemple, une personne peut voir sa douleur aux genoux comme une grosse boule rouge piquante.
Elle peut apprendre à transformer cette image, jusqu’à voir une petite bille rose en velours.
Et voir cette douleur autrement, l’appréhender différemment, en la contrôler. 

C’est incroyable ce que le cerveau et les personnes arrivent à faire ! 

Que penses-tu du lien entre stress et douleur aux genoux ?

Stéphanie :

Par exemple pour ma pathologie (la fibromyalgie), la moindre contrariété ou stress augmentait mes douleur. Je remarque la même chose chez les personnes que je suis.

Quand on est stressé ou angoissé, c’est plus difficile de réussir à se concentrer sur la douleur pour arriver à la gérer. 

La fatigue et le stress sont  des facteurs aggravants des douleurs. 

J’aide les personnes à diminuer le stress, faire entrer le calme en elles pour ensuite pouvoir se concentrer sur leur douleur afin de la gérer.

La sophrologie offre de nombreux exercices pour permettre de diminuer les tensions, le stress, les angoisses, la douleur aux genoux… 

L’important, c’est de pratiquer régulièrement !

Comment se passe une prise en charge en sophrologie, que ce soit pour des douleurs aux genoux ou autre chose ?

Comment se passe une prise en charge en sophrologie pour des douleurs aux genoux?

Stéphanie :

Un prise en charge dure entre 8 et 12 séances, espacées d’environ 1 semaine chacune.
Le suivi s’organise en 3 cycles.

  • Cycle curatif.

On pallie à l’urgence, aux problèmes exprimés par les personnes.
L’objectif est d’évacuer les angoisses, le stress…
On aide aussi la personne à faire le calme en elle, à être dans un état positif.

  • Cycle préventif. 

J’apprends dans cette phase aux personnes à aller chercher les ressources en elle pour retrouver la sérénité et l’apaisement au quotidien.
Cela assoit le travail fait en amont.
On va développer la confiance en soi, l’estime de soi, le fait d’oser faire des choses. 

Par exemple, une personne peut avoir des douleurs aux genoux et ne plus oser aller se promener, alors que physiologiquement elle en est capable.

Dans la phase 1, on l’aura aidée à gérer la douleur aux genoux.

Dans la phase 2  à oser retourner se promener.
On va utiliser la visualisation positive, se souvenir de ses bonnes expériences pour rappeler à son corps et son cerveau ces sensations qu’elle a déjà ressenti. Lui montrer qu’elle a des ressources en elle et qu’elle peut les utiliser de nouveau.

  • Cycle de clôture.

Une dernière séance vient terminer le protocole.

L’objectif est qu’elle se rende compte du chemin parcouru.

C’est très important afin que les personnes soient fières de ce qu’elles ont réussi. Qu’elles passent du contentement d’avoir atteint leur objectif à la fierté de leur évolution.

Et comment se passe une séance de sophrologie ?

Stéphanie :

La première séance est un peu particulière car elle dure 1h30 au lieu d’1h.
Je fais une anamnèse, ce qui veut dire que je pose beaucoup  de questions afin de connaître la personne et de lui proposer un protocole individuel.

Puis je propose 3 exercices rapides et une relaxation statique pour découvrir la sophrologie.

Des exemples d’exercices dynamiques et e relaxation statique :

Durant les autres séances, je prends toujours quelques minutes pour discuter avec la personne de sa semaine, des exercices qu’elle a fait en autonomie et de ses ressentis

On enchaîne sur 4 exercices de relaxation dynamique et une relaxation statique (appelée aussi sophronisation de 15 à 20 minutes).

On partage ensuite ses ressentis sur la séance (on n’en parle jamais durant les exercices).

Si tu n’avais qu’un mot à dire à dire aux personnes qui ont des douleurs chroniques aux genoux ?

Stéphanie : Je leur dirais qu’ils ont toutes les ressources en eux. La sophrologie va juste les aider à aller les chercher et les actionner !  

Vous avez déjà testé la sophrologie pour soulager vos douleurs aux genoux ?
Cet article vous a donné envie d’essayer ?
Partagez-nous votre expérience en commentaire sous ce post !

Pour aller plus loin, on vous conseille :

Leave a Reply

ipsum ut consectetur commodo vel, leo Curabitur