L’arthrose au genou ou gonarthrose :

Résumé :

Pour enfin bien comprendre l’arthrose !

Savez-vous qu’il existe plusieurs sortes d’arthrose ?

Que les douleurs ne sont pas directement dues au cartilage abîmé ?

Les scientifiques ne connaissent d’ailleurs pas encore bien cette pathologie qui touche pourtant de nombreuses personnes ?

Allez, je vous explique tout (ou presque !) dans cet article !

Quelques chiffres sur l’arthrose au genou !

L’arthrose au genou est aussi appelée aussi gonarthrose.

Et pour vous donner une idée, rien qu’en France 65% des personnes de plus de 60 ans ont de l’arthrose (source Inserm).

Et 1/3 de celles-ci ont de l’arthrose aux genoux. Et dans les 2/3 des cas, les personnes souffrent aux deux genoux.

Donc sachez que vous n’êtes pas seul !

Mais c’est quoi exactement l’arthrose ?

Evolution de l'arthrose au genou

L’arthrose est une dégradation du cartilage du genou. En fait, le cartilage est une sorte de “gel” qui protège les os. Ce gel contient des molécules qui absorbent le liquide comme une éponge. 

Les douleurs de l’arthrose n’est pas directement dû à la dégradation du cartilage car celui-ci n’est pas innervé. Mais les os ne sont plus protégés par le cartilage et c’est pour cela que l’arthrose peut être douloureuse.

Le niveau de douleur n’est pas directement lié au-niveau de dégradation du cartilage.

D’ailleurs, certaines personnes ont mal alors qu’elles ont un cartilage sain, et d’autres ne ressentent rien alors que leur cartilage est fortement endommager. Et on ne sait pas pourquoi !

Pour info, le cartilage est constitué de cellules appelées chondrocytes qui sont maintenues dans un ensemble de fibres de collagène et d’eau.

Une radiographie permet de vérifier si vos douleurs sont dues à l’arthrose.

Une petite vidéo pour mieux comprendre :

© Blausen Medical

Voici aussi le lien vers le site d’un chirurgien du genou pour plus d’information : La chondropathie et l’arthrose.

Il existe deux types d’arthroses au genou :

douleur-arthrose-femoro-patellaire
douleur-arthrose-femoro-tibiale

Il existe deux grands types d’arthrose du genou selon la partie de l’articulation atteinte.

Il est bien sûr possible de souffrir des deux types d’arthroses en même temps C’est le cas pour environ 35% de cas.

L’arthrose fémoro-patellaire :

Lorsque l’arthrose concerne l’articulation entre la rotule et le fémur.

L’arthrose fémoro-tibiale :

L’articulation est atteinte entre le fémur et le tibia, soit du coté interne du genou, soit du coté externe.

arthrose-femoro-patellaire
arthrose-femoro-tibiale

Symptômes :

La douleur est située plutôt à l’avant du genou, quand la rotule bouge (donc quand vous faites des mouvements de flexion et extension).

Les exemples typiques, c’est lorsque vous descendez des escaliers, que vous vous accroupissez ou quand vous restez assis trop longtemps.

En fait, ça ressemble beaucoup aux symptômes d’un syndrome fémoro-patellaire (appelé aussi syndrome rotulien). Pas étonnant puisque les douleurs sont situées au même endroit !

Symptômes :

La douleur est présente dans tout le genou, sans lieu très précis.

Elle se manifeste quand il y a une pression entre le fémur et le tibia.

Cette fois, les exemples typiques sont la marche (ou la course), les escaliers…

Les personnes se plaignent parfois de douleurs nocturnes.

Types d’exercices :

Les mouvements en torsion posent souvent plus de problèmes.

Il vaut donc mieux privilégier les mouvements dans l’axe de l’articulation comme la marche sur le plat ou le vélo par exemple.

Types d’exercices :

Dans ce cas, ce sont les mouvements où le genou doit supporter le poids du corps qui sont souvent douloureux. Il vaut donc mieux choisir une activité en décharge.

La natation ou le vélo peuvent être une bonne idée.

Ce qui est important dans tous les cas, c’est de ne pas avoir trop mal. 

Sachant que la majorité des personnes ont les deux types d’arthrose, écoutez surtout vos sensations pour connaitre les mouvements qui sont douloureux et ceux que vous pouvez faire facilement.

Pourquoi l’arthrose au genou fait mal ?

Pourquoi l'arthrose au genou fait mal ?

Comme je vous l’expliquait, ce n’est pas directement la détérioration des cartilages qui provoque des douleurs.

Ce sont plutôt les conséquences de cette détérioration.

  • Le frottement des os entre eux.

Un cartilage abîmé, c’est un cartilage qui ne protège plus les os.

  • Un inflammation du liquide synovial.

Le cartilage abîmé se délite en tout petits morceaux qui se retrouvent dans le liquide synovial. Le liquide synovial est le liquide qui entoure l’articulation pour la protéger et la lubrifier. La membrane synoviale réagit à ces corps étrangers par une inflammation, ce qui est douloureux.

  • Les collerettes osseuses :

Les os qui subissent des frottements réagissent par une prolifération et produisent des collerettes osseuse autour de l’articulation. Ces morceaux dos subissent des frottements… et donc des douleurs.

Ces excroissances osseuses sont aussi appelées ostéophytes ou becs de perroquet. 

Les causes de l’arthrose au genou :

Les causes de l'arthrose au genou

Le principal facteur de l’arthrose est l’âge.

Plus on vieillit, et plus on risque d’être sujet à cette maladie à cause de la dégénération du cartilage.

Les cellules du cartilage, les chondrocytes, synthétisent le nouveau cartilage et éliminent le cartilage usé. En prenant de l’âge les chondrocytes peuvent perdre de leur efficacité et ne plus produire de nouvelles cellules saines et ne plus bien éliminer les déchets.

Les cas sont rares avant 40 ans. Mais il est possible d’avoir de l’arthrose plus jeune. C’est notamment le cas si vous avez eu une blessure au genou ou en cas de genou instable (comme un syndrome rotulien par exemple).

Plusieurs causes ont été identifié. Mais les médecins ne savent pas toujours pourquoi certaines personnes développent de l’arthrose et d’autres non.

Voici les principaux facteurs connus favorisant l’arthrose. 

    • Factures mécaniques :

Il y a tout d’abord des facteurs mécaniques. Ces facteurs sont dus à un mauvais fonctionnement de l’articulation :

  • Le poids :

Plus on est en surpoids, et plus les articulations des genoux subissent une pression importante, qui endommage le cartilage.

De plus, un cartilage sous pression se retrouve “écrasé”. Il a alors du mal à se nourrir des éléments nutritifs présents dans le liquide synovial. 

Le cartilage est un peu comme une éponge. Si une éponge est écrasée, elle a du mal à absorber l’eau. Il en est de même pour la cartilage qui sous la pression du poids se nourrit moins bien des éléments nutritifs du liquide synovial.

  • La sédentarité :

Pour absorber les nutriments du liquide synovial, le cartilage a besoin que l’articulation soit sollicitée.

Ce sont les mouvements qui favorisent aussi la régénération du liquide synovial et donc la qualité de ses nutriments. 

  • Des activités sportives ou professionnelles :

Elles peuvent amener une pression trop importante sur les articulations comme le port de charge lourdes, des impacts répétés…

  • Des articulations instables :

Elles induisent des zones de pression et de frottements qui à long terme fragilisent le cartilage.

C’est le cas notamment des personnes atteintes de syndrome rotulien (ou fémoro-patellaire). Heu, c’est mon cas d’ailleurs !

Vous trouverez de nombreuses informations sur Bouge tes genoux à propos de cette pathologie.

Ces instabilités peuvent être dûes à des dysplasies, de l’hyperlaxité, des malformations de l’articulation…

  • Les jambes en X (genu valgum) ou les jambes arquées (genu varum) ont aussi pour conséquence possible le développement de l’arthrose à cause de pressions trop importantes.
  • L’hyperlaxité des articulations.

 

    • Arthrose structurelles :

Il existe aussi des causes d’arthrose structurelles. Cette fois l’articulation fonctionne normalement, mais c’est le cartilage en lui-même qui a des dysfonctionnements.

  • Traumatisme ou contusion du cartilage.

  • Certaines maladies des os.

  • Infection ou inflammation du liquide synovial.

  • Certaines maladies inflammatoires

Comme la polyarthrite rhumatoïde par exemple.

Bon, vous l’avez compris, l’arthrose est souvent multifactorielle. Et c’est souvent  l’accumulation de plusieurs facteurs qui amène son déclenchement.

Il n’existe en fait pas UNE arthrose mais PLUSIEURS arthroses selon son origine.

 

Il existe aussi de nombreux éléments qui augmentent le risque de développer de l’arthrose :

  • Des facteurs héréditaires.

C’est la faute à pas de chance (ou à vos parents, mais comme il n’y peuvent rien, difficile de leur en vouloir !).

  • La ménopause :

A partir de la ménopause, le fait d’être une femme augmente fortement les risques. 

  • L’âge bien sûr. 

L’arthrose au genou est plus compliquée que ce qu’elle n’en a l’air :

L'arthrose au genou est compliquée

Vous êtes toujours avec moi ?

Pas de panique, on va aller rapidement sur ce point avant de voir ce qui vous intéresse certainement le plus : comment ne plus avoir mal.

Mais pour bien comprendre les solutions possibles à l’arthrose, c’est important de bien comprendre son fonctionnement.

Et d’avoir en tête que les scientifiques ne connaissent pas encore très bien cette maladie.

Ces dernières années, ils ont par exemple découvert que l’arthrose se développait en deux phases :

  • Une première phase réactionnelle : face à un stress mécanique, les cellules du cartilage prolifèrent pour réparer et limiter les lésions.
  • Une deuxième phase où les cellules s’épuisent et dégénèrent.

Selon l’étude de Bernard Mazières, Service de Rhumatologie Hôpital de Rangueil.

Conclusion :

Plus vous agissez tôt (en phase 1) et encore mieux, en prévention, et plus il sera facile de limiter le développement de l’arthrose.

Aujourd’hui, la médecine ne sait pas encore remplacé les cellules du cartilage. Il est donc essentiel de les préserver.

Les études scientifiques montrent aussi que le cartilage n’est pas usé comme on le pensait autrefois. Le cartilage est inflammé et ne fonctionne plus correctement : il s’auto-détruit.

Et il semble que la sensation de douleur liée à l’arthrose est fortement lié au mental des patients.

Le fait de prendre un placebo (faux médicament) réduit la douleur pour ne nombreux patients sans que l’on s’explique bien ce point. 

Conclusion :

J’espère que vous comprenez mieux l’arthrose au genou.

Vous avez vu que l’on ne sait pas aujourd’hui soigner l’arthrose. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire.

Vous pouvez limiter le développement de cette maladie et agir en prévention. Il existe aussi des solutions pour mieux vivre avec de l’arthrose au genou.

On en parle dans cet article : Traiter l’arthrose au genou.

Pour aller plus loin, on vous conseille :

Peut-on soigner l'arthrose au genou ?
Traiter l'arthrose au genou
Rotule à l'intérieur du genou.
Comment fonctionne l’articulation du genou

Découvrez le pack liberté : pour des genoux solides et sans douleur !

Bougez librement !