Les différentes causes du syndrome rotulien

Résumé :

Les différentes causes possibles d’un syndrome rotulien sont détaillées ici.

Bien comprendre ces causes est la première étape pour décider d’un plan d’action pour traiter efficacement un syndrome rotulien.

Les différentes causes du syndrome rotulien :

Il est essentiel de comprendre que le syndrome rotulien peut avoir différentes origines et que plusieurs causes peuvent se cumuler.
En effet, l’objectif est que vous bougiez librement, sans douleur et durant toute votre vie.

Pour cela, il va falloir gérer l’urgence si vous êtes en pleine crise de douleur. Mais pour aller mieux à long terme, vous devrez traiter la ou les causes de votre syndrome rotulien. Sinon ce dernier reviendra régulièrement vous gêner.

Dans l’article Comprendre le syndrome rotulien, vous avez vu que plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’un syndrome rotulien.
Pour rappel, un syndrome rotulien est une douleur au-niveau de la rotule due à des frottements de la rotule.  Ces frottements créent une inflammation et donc des douleurs.

Nous allons ici rentrer plus en détails dans chacune des causes possibles.

Genoou varum et genou valgum

Un mauvais alignement hanche-genou-pied :

Si tous les membres inférieurs ne sont pas bien alignés, la rotule peut ne pas suivre le chemin normal dans le genou. Cela crée des frottements et donc des douleurs.

Un mauvais alignement peut avoir plusieurs origines : hanches décalées, jambe plus courte que l’autre, genoux trop en dedans (genu varum) ou plus rarement trop vers l’extérieur (genu valgum), articulations trop laxes (hyperlaxité), voûte plantaire trop creuse ou trop plate…

Un changement de matériel peut aussi perturber un équilibre que vous aviez trouvé et enclencher un désalignement momentané entre vos articulations et par la suite un syndrome rotulien.

En cas de mauvais alignement, il va falloir trouver des moyens de rétablir une posture plus adaptée. Plusieurs solutions existent et sont détaillées dans la section A chaque cause sa solution.

Ce problème d’alignement peut venir d’un problème au niveau de la hanche, du genou ou du pied (et parfois de plusieurs de ces articulations dans les cas de syndromes rotuliens complexes).

Nous allons distinguer deux grands cas de problèmes d’alignement :

  • les problèmes ayant une origine morphologique et sur lesquels il est difficile d’agir.
  • Les facteurs aggravants de ces problèmes morphologiques et sur lesquels il est possible d’avoir une action.

Si tous les membres inférieurs ne sont pas bien alignés, la rotule peut ne pas suivre le chemin normal dans le genou. Cela crée des frottements et donc des douleurs.

Un mauvais alignement peut avoir plusieurs origines : hanches décalées, jambe plus courte que l’autre, genoux trop en dedans (genu varum) ou plus rarement trop vers l’extérieur (genu valgum), articulations trop laxes (hyperlaxité), voûte plantaire trop creuse ou trop plate…

Un changement de matériel peut aussi perturber un équilibre que vous aviez trouvé et enclencher un désalignement momentané entre vos articulations et par la suite un syndrome rotulien.

En cas de mauvais alignement, il va falloir trouver des moyens de rétablir une posture plus adaptée. Plusieurs solutions existent et sont détaillées dans la section A chaque cause sa solution.

Ce problème d’alignement peut venir d’un problème au niveau de la hanche, du genou ou du pied (et parfois de plusieurs de ces articulations dans les cas de syndromes rotuliens complexes).

Nous allons distinguer deux grands cas de problèmes d’alignement :

  • les problèmes ayant une origine morphologique et sur lesquels il est difficile d’agir.
  • Les facteurs aggravants de ces problèmes morphologiques et sur lesquels il est possible d’avoir une action.

Des origines morphologiques :

Chaque personne a une morphologie qui lui est singulière. Parfois, cette morphologie peut amener des soucis articulaires mais ce n’est pas systématique. C’est souvent l’addition d’un type de morphologie et de facteurs aggravants qui va entraîner un mauvais fonctionnement des articulations et donc des douleurs. 

On ne peut pas agir sur notre anatomie, à moins d’avoir recours à la chirurgie dans les cas les plus graves. Je vous présente néanmoins les morphologies qui ont tendance à favoriser un syndrome rotulien même si vous ne pouvez pas agir directement dessus. Cela vous aidera à comprendre pourquoi vous avez ces inflammations aux genoux.

Comment soigner une tendinite du genou

Au niveau  de la hanche :

Certaines personnes ont les jambes en X. Quand elles sont debout, jambes tendues, les genoux se touchent mais les pieds sont légèrement écartés. Cela vient souvent d’un bassin trop large. Les personnes compensent cette largeur de bassin excessive par des genoux qui rentrent vers l’intérieur. La conséquence est un désalignement de l’axe hanche-genou. La rotule n’est plus dans l’axe du genou, ce qui crée des frottements.

Les femmes sont plus sujettes aux jambes en X car leur bassin est proportionnellement plus large que pour les hommes pour laisser passer un bébé lors de l’accouchement.

Genu varum et genu valgum en lien possible avec un syndrome rotulien

Au niveau du genou :

  • Les cas de dysplasie fémoro-patellaire :

Certaines personnes ont un genou mal configuré. C’est là aussi génétique et c’est mon cas (merci papa et maman !). Les différents os ne s’emboîtent pas correctement.

On appelle ça une dysplasie fémoro-patellaire.  C’est une anomalie lors du développement de l’articulation fémoro-patellaire (entre le fémur et la rotule).

La rotule glisse dans une gorge, appelée trochlée. Chez les personnes atteinte de dysplasie, la rotule peut être déformée ou la trochlée peut être trop plate voir bombée. Or la trochlée devrait être creuse pour favoriser le glissement de la rotule dans l’axe.

La dysplasie est génétique. On ne peut donc rien faire pour l’éviter.

Mais on peut limiter les frottements et donc les douleurs par une bonne musculature qui guide la rotule dans l’axe du genou.

La rotule plus ou moins bien emboîtée dans sa trochlée
  • Les cas d’hyperlaxité :

Les femmes sont plus sujettes que les hommes à l’hyperlaxité (toujours pour cette histoire de passage du bébé lors de l’accouchement). Les muscles, les tendons et les ligaments sont trop élastiques. Je suis d’ailleurs sûre qu’Elastigirl dans dans le dessin animé Les Indestructibles est hyperlaxe !

La rotule peut alors bouger hors de son axe et des frottements ont lieu. Parfois on peut avoir l’impression que les genoux se dérobent car la rotule va trop sur les côtés.

L’hyper laxité favorise le syndrome rotulien
  • Les cas de rotule trop haute :

Parfois la rotule peut être insérée trop haut dans le quadriceps. Cela entraîne mécaniquement plus de frottement contre le fémur et donc plus de risque d’inflammation. Le trajet de la rotule dans le genou est lui aussi plus long et le risque de tendinites s’en retrouve accru.

Il est bien sûr possible de cumuler dysplasie, hyperlaxité et rotule trop haute (comme moi !). Il en résulte une rotule très instable. On a la sensation qu’elle se balade dans le genou et même parfois qu’elle a tendance à vouloir sortir de l’articulation sur l’extérieur du genou. Ceux qui ont ces symptômes connaissent bien cette sensation très désagréable d’avoir les genoux qui se dérobent.

Des facteurs aggravants d’un mauvais alignement :

Il est existe de nombreux facteurs aggravants d’un problème de glissement de la rotule. Mais bonne nouvelle ! Cette fois, il est possible d’agir de manière assez simple sur ces facteurs.

Au niveau de la hanche :

Certaines personnes ont une rotation des jambes vers l’intérieur au niveau de la hanche.

Cela peut avoir une origine morphologique (la forme du bassin) comme on l’a vu précédemment.

Mais ce peut aussi être aggravé par une raideur des adducteurs qui tirent la jambe vers l’intérieur et/ou d’un manque de musculature du vaste interne du quadriceps et des fessiers qui ne la maintiennent pas assez vers l’extérieur.

En cas de syndrome rotulien, le genou a tendance a aller vers l'intérieur, créant des frottements au-niveau de la rotule.

Au niveau du genou :

Un manque de souplesse au-niveau des corps fibreux du genoux (tendons, ligaments), surtout au-niveau du fascia externe de la rotule, peuvent désaxer la rotule.

Des muscles trop tendus ou contracturés ont le même effet.

Un manque de musculature des membres inférieurs peuvent aussi ne pas compenser suffisamment les problèmes morphologiques du genou. Ce manque de musculature est à priori (les études scientifiques ne sont pas toutes d’accord sur ce point) la conséquence d’un syndrome rotulien et non pas sa cause. En tout cas, la récupération de la force musculaire améliore les symptômes d’un syndrome rotulien.

Attention, ce peut être bien sur le cas de personnes trop sédentaires, mais aussi pour des sportifs pourtant musclé. Je vous explique pourquoi dans Pourquoi se muscler et s’étirer ?

Même les personnes sportives peuvent manquer de musculature et de souplesse.

Au niveau du pied :

Les personnes ayant un syndrome fémoro-patellaire ont souvent des pieds trop plats et en pronation.Cela a pour conséquence des genoux qui rentrent trop vers l’intérieur et donc un mauvais alignement pied-genou (et donc souvent un syndrome rotulien).

Pour savoir si vous avez un pied plat, vous pouvez faire un test rapide. Normalement, vous pouvez passer une ou deux doigts sous votre voûte plantaire. Si ce n’est pas le cas, c’est certainement que votre pied est trop plat.

Pour savoir si vous avez les pieds en pronation (appuis sur l’intérieur du pied), vous pouvez regarder l’usure de vos chaussures. Si elles sont plus usées sur le bord extérieur, c’est certainement que vous avez un pied en pronation.

Pour tous ces facteurs aggravants que je viens de vous présenter, que ce soit au-niveau de la hanche, du genou ou du pied, il est possible de mettre en place des actions correctrices qui vont améliorer le glissement de la rotule dans le genou et vous permettre de guérir de votre syndrome rotulien. Elles sont décrites dans la section à chaque cause sa solution.

La rotation du pied peut faire varier l'alignement pied-genou et créer un syndrome rotulien.

Un dernier facteur, non-morphologique cette fois, peut favoriser un syndrome rotulien.

Une ancienne blessure :

Un choc important sur la rotule a pu avoir fragiliser les cartilages et donc augmenter les douleurs lors de frottements, même faibles. C’est pour cela que certaines personnes se plaignent d’un syndrome rotulien suite à un choc important.

Une ancienne blessure peut aussi avoir pour conséquence une faiblesse des muscles des membres inférieurs. Par exemple, une personne immobilisée suite à une opération des ligaments croisés peut s’être démusclée et avoir ensuite un syndrome rotulien.

Une blessure (exemple: entorse de la cheville) peut aussi dérégler le bon alignement des articulationshanche-genou-cheville, ce qui peut entraîner un syndrome rotulien.

Il faut donc aussi s’intéresser aux anciennes blessures pour voir s’il existe des déséquilibres. Parfois, travailler la mobilité d’une cheville qui a mal récupérée d’une entorse peut aider à traiter un syndrome rotulien.

Une ancienne blessure peut provoquer un syndrome rotulien

Un changement de sollicitation des genoux :

Souvent, les personnes s’adaptent à leur morphologie. Une augmentation soudaine des sollicitation du genoux peut déclencher un syndrome rotulien alors que les personnes ne ressentaient rien auparavant.

Ce peut être le cas d’un sportif qui augmente le nombre de ses entrainement ou l’intensité de celui-ci, ou qui participe à une compétition. Ou bien tout simplement une personne qui déménage (chez lui ou à son travail) et qui se retrouve soudainement avec des escaliers à monter et à descendre plusieurs fois par jour. Parfois ce peut être de simples vacances plus sportives que le quotidien…

Ces situations créent une sur sollicitation soudaine de la rotule à laquelle le corps n’a pas eu le temps de s’adapter. La rotule est enflammée et devient donc douloureuse.  

Si la personne ne sait pas bien comment réagir à cette douleur soudaine, celle-ci peut malheureusement s’installer plus durablement.

Pour aller plus loin, on vous conseille :

Il faut se reposer pour diminuer l'inflammation
Soulager la douleur au genou

Découvrez le pack liberté : pour des genoux solides et sans douleur !

Bougez librement !